Page d’accueil - Parler peut sauver

Liste des services et numéros d’urgence

Navigation principale

Vous êtes ici:

Contenu principal

Si je m’inquiète pour quelqu’un.

Si vous craignez qu’une personne de votre entourage ne passe à l’acte au cours des prochaines minutes ou des prochaines heures, veuillez vous reporter à la section Urgence.

Les crises existentielles, la fatigue de vivre et les pensées suicidaires sont encore taboues dans notre société. C’est pourquoi il est difficile à la plupart d’entre nous d’aborder ce sujet. Mais si vous sentez que quelqu’un de votre entourage nourrit peut-être des tendances suicidaires, vous devriez écouter votre instinct et agir. Voici ce que vous pouvez faire:

Aborder soi-même la question du suicide.

Il est important que vous recherchiez la discussion sur le suicide. Il est faux que le fait d’aborder la question du suicide avec une personne déclenche le passage à l’acte. Au contraire, le fait de parler de ses idées suicidaires peut lui apporter un vrai soulagement. Pour en savoir plus, lire la section sur comment mener une discussion sur le suicide.

L’écoute, difficile mais si importante!

De nombreuses personnes ayant survécu à une tentative de suicide regrettent que personne n’ait été là pour leur prêter une oreille attentive, tout simplement. Mais il n’est pas facile d’écouter, car nous sommes habitués à vouloir consoler les gens malheureux et à commenter ce que nous entendons. Nous avons également tendance à toujours vouloir résoudre les problèmes immédiatement. Ces réactions qui partent d’une bonne intention sont contraires au principe de la simple écoute. Abordez votre interlocuteur de façon empathique afin de savoir ce qu’il ressent et posez-lui les questions pertinentes. Cela favorise une véritable écoute. Pour en savoir plus, lire la section sur comment mener une discussion sur le suicide.

Faire appel à une aide professionnelle.

Les crises suicidaires sont généralement provoquées par des tensions qui durent depuis longtemps ou par des événements cruciaux, mais il est aussi fréquent que les pensées suicidaires soient liées à une dépression ou à d’autres maladies psychiques. En tant que proche, vous pouvez apporter un véritable soulagement à la personne concernée, grâce aux discussions menées et à votre écoute. Vous ne pouvez – et ne devez pas – prodiguer une assistance ou un traitement professionnels. Il peut être judicieux d’encourager la personne suicidaire à se tourner vers des professionnels (adresses). Si vous sentez qu’il y a urgence, contactez immédiatement des spécialistes (adresses). Ne forcez pas la main de la personne, mais renseignez-vous auprès d’elle très régulièrement sur son état et signalez-lui les possibilités existantes. Vous pouvez également lui proposer de l’accompagner à l’endroit où elle pourra bénéficier d’un suivi.

Se proposer comme personne de contact en cas de crise et communiquer les numéros d’urgence.

Demandez-vous sincèrement dans quelle mesure vous pouvez être la personne de contact d’un individu suicidaire en cas de crise et proposez-lui de jouer ce rôle. Mais acceptez vos propres limites. Cela ne servira à rien ni à personne si le jour J, vous vous sentez complètement dépassé. Vous pouvez par exemple lui dire: «Je voudrais être là pour toi si ton état s’aggrave. Mais je ne peux pas tout laisser tomber pendant mes heures de travail. Qui pourras-tu appeler en attendant que j’arrive?» Rappelez-lui qu’il faut toujours contacter les services professionnels en cas d’urgence.

Elaborer un plan d’urgence.

Un plan d’urgence est une préparation à une crise grave. Il aide une personne en danger, qui, anéantie par la souffrance, a perdu la faculté de penser avec lucidité. Vous pouvez lui proposer d’élaborer ce plan. Lisez comment élaborer un plan d’urgence. Si vous n’osez pas le faire vous-même, vous pouvez suggérer à la personne concernée de rédiger ce plan toute seule ou avec une personne de confiance.

Proposer la mise en place d’un réseau d’aide.

Il peut être utile de proposer la mise en place d’un réseau d’aide. Vous pouvez expliquer à la personne qui traverse une crise que vous auriez besoin de savoir qui sont ses autres personnes de confiance et/ou les professionnels qui la suivent (médecin, psychothérapeute, etc.) et qu’il serait constructif de pouvoir échanger avec ces personnes. Expliquez-lui qu’elle sera plus en sécurité si elle dispose de plusieurs contacts à qui s’adresser si la crise s’aggrave.

Assurer la meilleure sécurité possible.

Si vous êtes proche de la personne suicidaire et que vous avez une grande confiance réciproque, vous pouvez veiller à mettre hors de sa portée les moyens de se suicider (comprimés, couteaux, armes à feu, etc.) de façon à assurer sa sécurité. Idéalement (mais ce n’est pas impératif), faites-le en accord avec elle. Vous pouvez aussi lui demander très concrètement comment elle procéderait si elle devait passer à l’acte et si elle dispose des moyens nécessaires. Dans l’affirmative, vous pouvez lui demander de vous remettre le moyen envisagé pour plus de sécurité encore.

Premier objectif: soulager la personne, et non pas résoudre les problèmes.

Il sera probablement très difficile de résoudre les problèmes de la personne suicidaire, car il est probable que de nombreuses solutions ont déjà été envisagées. Ce n’est pas à vous de résoudre le problème mais à elle. Sachez que votre empathie et votre capacité d’attention et d’écoute sont déjà d’une grande aide. Si vous le souhaitez, vous pouvez également demander à la personne concernée comment lui apporter une aide supplémentaire.

Parler des problèmes psychiques.

Les pensées suicidaires sont très souvent liées à des problèmes, voire à une maladie psychique. La personne en danger sera probablement soulagée que vous abordiez le sujet ouvertement et que vous lui donniez l’occasion de s’exprimer. Vous trouverez des conseils sur www.comment-vas-tu.ch/.

Partager la responsabilité et accepter ses propres limites.

Il est difficile d’interagir avec des personnes traversant une crise suicidaire. Acceptez vos propres limites. Lisez la section sur les points auxquels vous devez prêter attention chez vous-même et comment trouver du soutien.

Survivre est plus important que garder le secret.

Traitez de façon strictement confidentielle ce que vous raconte la personne suicidaire. Mais refusez de promettre que vous ne révélerez jamais ses intentions suicidaires. Adressez-vous à un professionnel si la situation est au-dessus de vos forces (adresses).

Si vous vous occupez d’un jeune

Pour les personnes de l’extérieur, il est très difficile de détecter des signaux avant-coureurs pour cette tranche d’âge, car les jeunes se comportent de manière beaucoup plus impulsive que les adultes. Leurs tentatives sont souvent des réactions incontrôlées aux crises qu’ils traversent (rupture sentimentale, mauvaises notes, etc.). Si vous vous inquiétez pour un jeune et craignez qu’il n’ait des idées suicidaires ou qu’il passe à l’acte, parlez-en immédiatement et demandez conseil à des spécialistes (adresses).

Lisez également sur le même sujet:

Top