Page d’accueil - Parler peut sauver

Liste des services et numéros d’urgence

Navigation principale

Vous êtes ici:

Contenu principal

Informer sur le suicide

Les médias doivent se montrer vigilants lorsqu’ils informent sur le suicide. En effet, il est avéré qu’un certain type d’information peut aider à lever le tabou autour de ce sujet et ainsi contribuer à la prévention. Cependant, on sait aussi que des articles sensationnalistes ou donnant des détails sur la méthode de suicide par exemple sont susceptibles de déclencher des comportements d’imitation chez les individus suicidaires. L’association Ipsilon (Initiative pour la prévention du suicide en Suisse) a publié un document très utile pour les professionnels des médias sur le thème "Médias et suicide".

Résumé des principales recommandations issues des directives

Le risque d’actes suicidaires et de suicides par imitation est augmenté lorsque:

  • l’article est mis en avant d’une façon sensationnaliste;
  • l’article est à la «une», surtout sur la partie supérieure de la page;
  • le terme «suicide» est utilisé dans le titre;
  • une photographie de la personne concernée ou du lieu du suicide est publiée;
  • l’attitude de la personne décédée est présentée implicitement comme admirable, héroïque ou acceptable («Il est resté fidèle à lui-même.»);
  • l’identité de la personne concernée et celle de son entourage sont révélées;
  • des informations sont données sur les relations sociales, l’état émotionnel, le caractère et les performances de la personne décédée («Une élève se pend à cause de ses mauvaises notes»);
  • des détails sur la méthode employée, le lieu choisi ou le déroulement précis du suicide sont livrés;
  • le lieu du suicide est décrit comme un lieu fréquenté pour se suicider («en sautant du célèbre pont de la mort»);
  • l’article spécule sur les causes du suicide et interprète l’acte comme un geste romantique («ils ont voulu être ensemble pour l’éternité»).

L’effet d’imitation sera moindre si:

  • des alternatives sont aussi rapportées (comment la personne concernée aurait-elle pu trouver de l’aide?);
  • des situations de crise bien gérées sont mises en évidence dans l’article;
  • des informations de fond sont données sur le risque de suicide, notamment sur le fait que celui-ci est souvent lié à la dépression, une maladie qui peut toucher tout le monde et qu’il est possible de soigner;
  • des centres destinés aux personnes en situation de crise sont listés dans un encadré;
  • des informations permettant de détecter des signaux d’alerte sont transmises.

Evitez les formulations telles que:

  • mettre fin à ses jours (stigmatisant - obsolète)
  • se donner la mort (implique un libre-arbitre)
  • une tentative de suicide réussie
  • une tentative de suicide ratée
  • seulement un appel au secours
  • une épidémie de suicides

Utilisez plutôt des formulations comme:

  • un suicide
  • une mort par suicide
  • une tentative de suicide
  • une personne suicidaire
  • aider à prévenir le suicide

Informations à inclure si possible dans chaque article traitant du suicide:

Ces centres viennent en aide 24 h/24 aux personnes en pleine crise suicidaire et à leur entourage:

Conseil téléphonique de La Main Tendue: téléphone 143
Conseil téléphonique de Pro Juventute (pour les enfants et les adolescents): téléphone 147
Autres contacts et informations : www.parler-peut-sauver.ch

Contacts pour les personnes dont un proche s’est suicidé:

AS’TRAME GE - Fondation proposant un soutien psychologique et un accompagnement en cas de rupture de lien : www.astrame.ch
FONDATION ARC-EN-CIEL - Groupe d’entraide et activités pour les parents, frères et soeurs ayant perdu un enfant : www.verein-regenbogen.ch

Top